Vous avez été très nombreux à réagir à l’article que nous avons publié à la suite de l’accident du camion transportant de la bière.

Dans l’ensemble, beaucoup d’entre vous ont compris que nous avons préféré traiter par l’humour la photo montrant un homme  » presque barbu », ou pas totalement barbu, (un peu d’humour SVP !), à la tête plutôt avenante et sympathique, ravi d’avoir récupéré un butin sans avoir livré bataille et profitant tout simplement de l’aubaine comme la plupart des badauds.

D’autres ont préféré ne retenir que la proximité douteuse de la référence à un dogme religieux très stricte avec un individu barbu perçu en première lecture comme un intégriste, tout heureux de sa provision de boisson interdite et renvoyant pour le coup à une situation plus qu’inconfortable.

La rencontre donc entre ces deux symboles antinomiques provoque tout naturellement deux types de réaction :

La première sera celle des lecteurs qui profiteront du flagrant délit pour en découdre avec les défenseurs zélés d’une vision particulière de l’Islam qui tend à annihiler des siècles de pratique religieuse apaisée et sereine, décrétée soudain obsolète.

La seconde sera celle de lecteurs plus raisonnables et moins catégoriques dans leur jugement et qui se gardent bien de généraliser pour ne pas tomber précisément dans le travers qu’ils reprochent aux intégristes, dans leurs jugements expéditifs et leurs généralisations sans nuances.

On pourrait citer aussi d’autres interprétations dans un éventail allant de la manipulation à la mise en scène. Soit dit en passant ; personne apparemment ne s’est soucié du devenir du conducteur du camion, ni s’il y a eu des blessés, ni de la tête de notre pilleur de bière de retour dans son quartier, ni de son face à face avec son épouse, avec l’imam etc…

L’habit ne fait pas plus le moine que la barbe l’intégriste.

Pour notre part, nous avons préféré passer en revue toutes les interprétations possibles en les abordant sous l’angle de l’humour. Nous considérons en effet, et cela répond à notre ligne éditoriale et à l’éthique de notre métier, que l’habit ne fait pas plus le moine que la barbe ne fait l’intégriste. En d’autres termes, nous refuserons toujours de juger sur les apparences et de hurler avec les loups. Voltaire, dont la lecture est indispensable pour mieux mesurer le force de l’humour, fait dire à Micromégas qu’« il ne faut pas généraliser », en réponse à son compagnon apercevant depuis le cosmos dans sa longue vue des baleines sur la planète terre, et concluant que tous les habitants de la terre étaient des baleines.

Nous n’avons pas la prétention de détenir la vérité ni de nous ériger en parangons de vertu, encore moins de donneurs de leçons.

Notre principal souci est de prôner le dialogue, la liberté d’expression et le pluralisme et de participer aux côtés d’autres confrères et d’autres forces de progrès, à préserver le plus grand espace de liberté possible et à offrir à notre jeunesse un espace de débats qui leur manque cruellement et dans lequel ils pourraient se réaliser en attendant des jours meilleurs. C’est aussi cela la démocratie et c’est aussi cela le culte du savoir et de la connaissance.

La rédaction

Notez cet article