Sellal accuse l’opposition d’attiser la fitna

0
264

Profitant de sa sortie à l’occasion du 24 février, Abdelmalek Sellal règle ses comptes avec l’opposition. Il estime, dans un discours prononcé à Hassi-Messaoud que « d’aucuns cherchent à dresser les Algériens les uns contre les autres en  jouant sur la fibre régionaliste pour attenter à l’unité nationale ».

« Certains ont tenté vainement d’attiser la fitna dans le nord, puis dans le sud à Ghardaïa, Ouargla et Djanet», a-t-il dit. « Après ces échecs successifs, ils s’essayent maintenant à In Salah, mais leur entreprise n’aboutira pas » car le peuple algérien est « uni » et « l’Algérie  est aujourd’hui un pays stable qui exporte la paix et la sécurité», a encore  assuré le Premier Sellal.

Pour le Premier ministre, « ces manœuvres « ne pourront jamais remettre en cause l’authenticité du peuple algérien connu pour sa diversité culturelle, son attachement à l’islam, mais aussi par la sagesse des habitants du sud », a-t-il affirmé, appelant à préserver ces spécificités.

Sellal a par ailleurs profité de l’occasion pour répondre à ceux qui accusent le gouvernement de vouloir reculer sur la règle 49/51 %. «D’aucuns n’acceptent pas l’attachement de l’Algérie à la règle 49/51  mais nous ne renoncerons pas à ce principe », a soutenu le Premier  ministre avant d’ajouter que « le pays puise sa force de son potentiel énergétique ».

Avant ces précisions, les services du pouvoir sont passés à l’acte, à Alger : ils ont empêché une manifestation de l’opposition.

E. Wakli