Même si le tabagisme dans les espaces publics n’est pas encore interdit et pénalisé en Algérie, il semble que désormais les autorités algériennes prennent bien plus au sérieux ce phénomène puisqu’il est dorénavant strictement interdit aux personnes travaillant dans des lieux relevant du secteur de la justice de fumer.

Sont concernés par cet arrêté ministériel, signé le 30 octobre dernier, les salles d’audience des juridictions, les locaux de détention collective dans les établissements pénitentiaires, les quartiers réservés aux mineurs dans les établissements pénitentiaires, les centres de rééducation et de réinsertion des mineurs, les autres lieux fermés et couverts dont les couloirs, affectés à un usage collectif.

Selon cette décision adoptée et publiée dans le journal officiel datant de mercredi dernier, les personnes exerçant dans les lieux mentionnés plus haut ne pourront à l’avenir plus fumer. Des espaces pour fumeurs seront aménagés par chaque structure concernée par cette interdiction, selon le décret en question. Pour ce qui est des prisons, l’interdiction de fumer se fera conformément aux règles de conduite précisées par le règlement intérieur de la prison pour les détenus fumeurs.

Cette nouvelle mesure qui vient interdire le tabagisme dans ces lieux n’est pas nouvelle, elle date de 2001. Elle vient donc renforcer officiellement le décret exécutif publié en septembre 2001 interdisant de fumer dans les lieux publics et deux circulaires du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière de 2001 et 2007 et l’instruction de 2014 interdisant de fumer dans les établissements sanitaires.

Pour ce qui relève des peines et des sanctions encourues par ceux qui enfreignent cette mesure, aucune précision n’a été donnée pour l’heure.

Nourhane. S.

Notez cet article