L’Algérie n’est pas le seul Etat du Maghreb éclaboussé par l’affaire Swiss Leaks d’évasion fiscale, impliquant le groupe bancaire britannique HSBC. Les autres pays de la région sont également lourdement concernés par les révélations de l’enquête, menée conjointement par le quotidien français Le Monde, des médias internationaux et le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), et diffusées progressivement depuis dimanche 8 février. Le roi du Maroc Mohammed VI figure d’ailleurs parmi la liste préliminaire des clients cités dans cette affaire. Décryptage.

Au Maroc, plus de 1.000 clients, dont Mohammed VI, ont caché près de 1,6 milliards de dollars en Suisse

Advertisement

C’est le pays maghrébin le plus touché par le système d’évasion fiscale, encouragé par le groupe bancaire HSBC, mis à jour par un collectif de 160 journalistes d’investigation, enquêtant entre Washington, Paris, Burxelles et Genève. Le Maroc est classé à la 37è place de la liste des pays dont sont originaires les personnes ayant le plus transféré d’argent à l’étranger de façon illégale, à l’aide de la HSBC. Au total, ces transferts s’élèvent à près de 1,6 milliards de dollars, selon les informations recueillies par Le Monde et le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), qui ont recensé 1.068 clients marocains détenant plus de 2.000 comptes bancaires à la HSBC. Parmi ces clients, le quotidien français cite notamment le roi du Maroc, Mohammed VI, et l’acteur franco-marocain Gad Elmaleh.

Mohammed VI, Roi du Maroc, 7,9 millions d’euros planqués en Suisse

59090190103. C’est le numéro de client de Mohammed VI à la HSBC Private Bank à Genève. Ce compte bancaire, codétenu avec son secrétaire particulier, Mounir El-Majidi, a été ouvert le 11 octobre 2006, indique le quotidien français Le Monde, dans une enquête explosive sur des opérations d’évasion fiscale impliquant des personnalités politiques, économiques, des artistes du monde entier et rendue publique au compte-goutte depuis dimanche. Dans ce compte bancaire, le roi du Maroc a transféré jusqu’à 7,9 millions d’euros entre 2006 et 2007, d’après les informations qu’ont pu se procureur les auteurs de cette enquête. Or, comme le rappelle le quotidien français, les citoyens marocains, résidant au Maroc, ne sont pas autorisés à détenir un compte bancaire à l’étranger. Sollicité à plusieurs reprises par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), le Roi du Maroc n’a, jusqu’à présent, fait aucun commentaire sur cette affaire. Rappelons enfin que d’après le magazine Forbes, Mohammed était en 2014 le monarque le plus riche d’Afrique et l’une des personnalités africaines les plus riches du continent, avec une fortune estimée à plus de 2,1 milliards de dollars.

Cette affaire d’évasion fiscale devrait entacher la rencontre ce lundi entre Mohammed VI et le président français François Hollande à Paris, alors que les deux pays sont en froid depuis un an, suite à une brouille diplomatique.

Gad Elmaleh, plus de 80.000 euros dans un compte suisse

Le comédien franco-marocain Gad Elmaleh est également épinglé dans cette affaire d’évasion fiscale. L’humoriste, qui fait salle comble en France depuis plusieurs années maintenant, a déposé 81.247 euros sur un compte à la HSBC Private Bank à Genève entre 2006 et 2007. Mais depuis l’artiste franco-marocain aurait régularisé sa situation auprès du fisc français, rapporte le ICIJ.

Plus de 554 millions de dollars caché en Suisse par des fraudeurs tunisiens

La Tunisie n’est pas en reste. Même si les sommes transférées en Suisse, de manière complètement illicite, demeurent moins élevées comparé à ses voisins maghrébins, le Maroc et l’Algérie, les chiffres ne sont pour autant pas moins exorbitants. Avec plus de 554 millions de dollars cachés en Suisse, à l’aide de la HSBC, la Tunisie se classe à la 59è place des pays les plus touchés par l’affaire Swiss Leaks. Elle compte plus de 256 clients, dont 11% disposent de la nationalité ou d’un passeport tunisien, précise le ICIJ. Le premier nom tunisien cité n’est autre que Belhassen Trabelsi, le beau-frère de l’ex-dictateur :

Le beau-frère de Benali, Belhassen Trabelsi, en exil au Canada, aurait caché plus de 22 millions de dollars

Le frère de Leila Trabelsi, l’épouse du dictateur tunisien déchu, Zine el-Abedine Benali, a bâti son empire durant le règne du président chassé par le soulèvement populaire en janvier 2011. La même année, un tribunal tunisien le condamne à 15 ans de prison pour corruption mais Belhassen Trabelsi a pris la fuite, direction le Canada. D’après l’enquête du ICIJ, il a ouvert trois comptes bancaires à la HSBC à partir de 2006 sous le nom « Zenade Resources Limited ». Entre 2006 et 2007, ces comptes en banque affichaient un montant de 2.837.034 dollars. Mais ce n’est pas tout. Toujours selon le ICIJ, Trabelsi apparaît dans d’autres fichiers de la HSBC sous le numéro « 4851MH », qui regroupe quatre comptes bancaires, d’un montant total de 22.083.647 dollars entre 2006 et 2007.