Le Syndicat national du personnel navigant commercial (SNPNCA) d’Air Algérie a mis un terme au mouvement de grève qu’il a enclenché hier. Mais ce n’est nullement un renoncement définitif, puisqu’il n’est question que d’un arrêt «momentané» de la grève.

Ainsi, ce syndicat indique dans un communiqué qu’il a décidé de «geler momentanément, le mouvement de protestation du 30 mars 2015, après avoir reçu des garanties de la part de l’employeur» quant à l’application «dans les prochains jours» des protocoles, conventions et accords. Toutefois, comme pour dire qu’il ne faut pas écarter l’éventualité du recours, une autre fois, au mouvement de grève, le SNPNCA a déploré «l’absence totale de représentants de la tutelle et le fait que le plus gros des dossiers demeure dans les tiroirs sans qu’il n’y ait une avancée depuis 2011». Ce qui n’a pas été réglé en quatre années, peut-il l’être en l’espace de quelques jours ? Peu évident.

Rappelons que ce mouvement de protestation du personnel navigant a cloué au sol plusieurs vols, ce qui a généré une situation très confuse à l’aéroport d’Alger notamment. Les voyageurs, très remontés déjà pour une grande partie d’entre eux, contre le comportement de la compagnie nationale, qui multiplie les retards et autres inconvenances, devraient se préparer dès à présent à vivre d’autres calvaires. En dernier lieu, ce syndicat a tenu, toutefois, à démentir les informations, ayant circulé ces dernières heures, relatives à une supposée revendication d’un départ du PDG de l’entreprise. Pour le Syndicat du personnel navigant commercial, il s’agit d’une «allégation mensongère nullement imputable au SNPNCA».

Elyas Nour