Pour faire face à la crise économique en cours, le gouvernement va opérer de nouvelles coupes budgétaires. Il va réduire le budget de l’Etat dès le mois de juin, à l’occasion de l’adoption d’une Loi de finances complémentaire. C’est ce qu’a annoncé, ce matin à Alger, Abdelmalek Sellal lors d’une conférence consacrée à l’exportation.

Cette Loi de finances complémentaire (LFC) « comprendra des décisions et des mesures visant à assurer une meilleure maîtrise du commerce extérieur à travers la lutte contre la corruption et la fraude dans le financement des importations et à mettre fin à l’anarchie qui caractérise cette activité », a indiqué le Premier ministre devant une assistance composée essentiellement d’opérateurs économiques. La LFC « va permettre aux autorités publiques de mieux maîtriser les importations », a ajouté Sellal.

 Pour mettre fin aux facteurs de blocage des exportations hors hydrocarbures, Abdelmalek Sellal explique qu’« il est temps de lutter énergiquement contre la corruption et la fraude et ce, conformément aux lois de la République ». Il a ajouté que le gouvernement « n’hésitera pas à utiliser la force de la loi pour réprimer de telles pratiques ».

Paradoxalement, le Premier ministre trouve du positif dans la baisse des prix des hydrocarbures. « La conjoncture économique internationale, marquée par une baisse vertigineuse des cours du pétrole, constitue pour l’Algérie une opportunité précieuse pour reconsidérer la situation de son commerce à l’effet de sortir radicalement et de manière progressive et volontaire de la dépendance aux hydrocarbures, par la diversification des exportations et de l’économie nationale », a-t-il dit. « L’Algérie est appelée à se projeter, en amont, vers une économie émergente qui repose sur l’entrepreneuriat national et le soutien aux entreprises nationales productives génératrices de richesse et d’emploi en partenariat avec des opérateurs étrangers sans préjudice aucun des acquis et intérêts sociaux des Algériens », a-t-il ajouté.

 Essaïd Wakli

Notez cet article