Les étudiants de l’Ecole supérieure des Beaux-Arts d’Alger sont en grève  depuis ce lundi matin, a-t-on appris de plusieurs sources concordantes. 

Ces étudiants ont observé un sit-in devant l’administration de l’établissement et ne comptent pas décamper avant la satisfaction de toutes leurs revendications. Dans une déclaration transmise à notre Rédaction, les étudiants grévistes énumèrent leurs six revendications dont la première est « le départ du directeur » de leur établissement. Ils demandent également « une séance de travail avec la ministre de la culture au siège » de l’Ecole des Beaux-Arts, Les étudiants en colère réclament aussi d’élever l’école supérieure des Beaux-Arts « au rang d’élite », écrivent-ils, afin qu’elle soit placée sous la tutelle du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. Ces étudiants désirent aussi obtenir un diplôme universitaire à la fin de leur cursus. Enfin, ils souhaitent bénéficie d’une post-graduation dans toutes les disciplines existantes dans leur école.

A en croire ces étudiants en colère,  « la levée du dispositif d’arrêt des cours et du sit-in ne se réalisera uniquement après la satisfaction des doléances sus citées ». Notons en dernier lieu qu’un représentant de la ministre de la Culture a été dépêché sur place pour négocier avec les étudiants protestataires. Mais ces derniers ont refusé d’entamer le dialogue avec cet interlocuteur. Les étudiants de l’école des Beaux-Arts exigent la présence personnelle de la ministre de la Culture pour écouter leurs doléances.

Arezki Ibersiene

Notez cet article