Plus de 1700 logements de fonction dans le secteur de l’Education sont occupés illégalement à Alger. C’est ce qu’a déclaré, aujourd’hui, le Wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, à l’occasion de son intervention lors des travaux de la première session annuelle de l’Assemblée populaire de wilaya (APW).

«Nous avons recensé 1719 logements d’astreinte illégalement occupés dans le secteur de l’éducation à Alger. Une opération nous a permis de récupérer 70 logements jusqu’ici et celle-ci se poursuivra jusqu’à l’assainissement total de cette situation», a-t-il déclaré dans des propos repris par l’APS, avant d’ajouter : «Il y a des gens qui ont bénéficié de logements qu’ils ont loués à des tiers tout en continuant, eux, de squatter les logements d’astreinte. En parallèle, nous avons des enseignants en activité qui font des navettes quotidiennes entre Alger, Tipaza, Boumerdès et Blida. Cette situation inacceptable doit cesser».

Zoukh a demandé, à cet effet, aux trois directeurs de l’éducation de la wilaya d’Alger, Centre, Est et Ouest, de faire appliquer la loi. En d’autres termes, expulser par la force les personnes qui occupent illégalement ces logements. Il faut dire que dans la majorité des cas, ce sont des directeurs établissements scolaires ou des enseignants qui se sont vus attribuer ces logements d’astreintes dans les écoles où ils exercent. Seulement, après avoir pris leurs retraites ou bénéficié d’un logement ailleurs dans certains cas, ils refusent de libérer les lieux. Le problème concerne également beaucoup d’autres secteurs ou entreprises (Sonelgaz, Algérie Poste…). Seulement là, le Wali d’Alger promet de sévir…

 Elyas Nour

Notez cet article