Le maire de Béziers, Robert Ménard, à rebaptisé la rue du 19 Mars 1962, date des accords d’Evian, en Hélie Denoix de Saint-Marc résistant déporté en Allemagne, soldat en Indochine et putschiste lors de la guerre d’Algérie le 14 Mars.

Cette initiative a créé une vive polémique et instauré un climat tendu. Ainsi, des manifestants se sont mobilisés « contre le fascisme et les crimes de l’OAS » dans un climat tendu. Selon Christelle, une des opposantes à cette initiative, «Robert Ménard divise les gens et ravive les rancœurs. Il joue un jeu extrêmement dangereux.»

Le Premier ministre français, Manuel Valls, s’est également exprimé à ce sujet: «la nostalgie, et notamment la nostalgie de l’Algérie française n’apportera rien de bon. Aujourd’hui, on a besoin de regarder l’avenir avec de l’optimisme et le Front national n’aime pas la France.»

Des propos tout de suite contredits par le fondateur de Reporters sans frontières: «Dire que ce que nous avons fait ici, aujourd’hui, se résume à la nostalgie de l’Algérie française, c’est faire la preuve que l’on est un crétin.» Il soutient par ailleurs que « des dizaines de milliers de harkis sont morts après cette date. Estimer que la guerre s’est terminée le 19 mars 1962, c’est faire preuve d’un révisionniste inacceptable. C’est pour cela que j’ai décidé de débaptiser cette rue et lui donner le nom d’un héros de ce pays », avant d’ajouter: «Non à cette France multiculturelle qu’on nous impose». Et de conclure avec un «Vive la France française».

Robert Ménard qui a été élu grâce au soutien du FN n’a pas tarder à répondre au Premier ministre : «Comment oser dire que le Front National, dont je ne fais pas partie, n’aime pas la France. Dire : « je suis un Républicain, les autres ne le sont pas », ce n’est vraiment pas un propos de Premier ministre. Mais il y a longtemps qu’il ne tient plus un propos de Premier ministre, notre Premier ministre.»

Nihel Alloui