La fausse-vraie montée du FN est-elle suivie en Algérie ? A peine. Pour les plus sceptiques, c’est une confirmation sur la théorie des exclusions. Pour les autres, c’est un spectacle, à défaut de visas ou d’envie d’y aller. Cela change la France mais pas le regard sur la France.

En gros, c’est un peu le FIS chez nous : populisme, bas niveau des élus ramassés dans les marges pour meubler les listes, victoire par le vote-sanction, discours sur la « souche » et le pur. Le FN est comme les islamistes chez nous : Bon en opposition, idiot en gouvernance. Sa montée n’est que l’échec des autres. Sa façon de voir est tout aussi salafiste : il prétend que l’immigré est le problème et donc, que chasser les immigrés permet de dégager des emplois vacants et de lutter contre le chômage. Les islamistes du FIS ou ses fils disaient la même chose : le Chômage ? Mettons toutes les femmes au foyer et vous verrez le nombre d’emplois obtenus pour les chômeurs hommes. Les méthodes du FN ? Celle des islamistes : jouer sur le mythe des Temps anciens et purs : Jeanne d’Arc ou la Médine utopique. Le califat ou la Gaulle ancestrale. Laser au ciel ou dans les yeux des électeurs idiots et ébahis. Le FN joue surtout sur la peur : en France, dans des villages qui n’ont pas vu un immigré depuis deux siècles, le FN a joué sur la peur des Français de voir leur mode de vie changer. Il dénoncera l’islamisation comme les islamistes dénoncent la « christianisation ». Il joue sur l’identité comme les salafistes sur l’islamité.

FIS/FN. Jeu de miroir. L’un est gouverné par un Père et une fille. L’autre l’était par un ainé et un cadet. L’un promet l’avenir par un faux passé. Les deux possèdent milices, mensonges et faux chiffres. Théories du complots, « affaires montées » et esthétique fasciste. L’un est vert l’autre est bleu. Et la France ? Elle va connaître nos misères politiques et nos impasses : interdire le FN n’est pas possible; le laisser prendre le pouvoir, c’est perdre le pays. Ou peut-être pas : les Ffrançais liquideront l’illusion de la solution par le FN, s’ils le laissent prendre un peu de pouvoir. Possible, ou pas. Dans tout les cas, c’est le règne des populismes mondiaux aujourd’hui : Grèce, Argentine, Venezuela, Europe…etc. Le populisme c’est promettre au peuple des solutions faciles à des problèmes complexes, prendre le pouvoir puis enfoncer le pays dans des crises plus graves. « L’Islam est la solution » vaut le slogan du FN « le peuple d’abord ». Tout est dans la bouche, rien n’est dans les mains.

Les élus du FN en France, à peine élus, s’attaquent aux associations culturelles, « aux clubs de danse du ventre », aux subventions culturelles, racontent des Français. Pas de quoi s’étonner : la culture est l’ennemie de Daech. Qu’il soit bleu, vert ou rouge sang. Le radicalisme populiste est aujourd’hui un monothéisme mondial. Au final, il s’agit de la même maladie. Le FN et le salafisme ne semblent lutter, l’un contre l’autre, que pour mieux se nourrir l’un de l’autre. Etrange parenté.

Notez cet article