Abdelaziz Bouteflika ne concède rien. Il veut pousser l’exploration pour l’exploitation du gaz de schiste jusqu’à bout. A l’occasion de la célébration de la journée du 19 mars, le chef de l’Etat adresse un message aux habitants de In Salah et exprime son « agacement » face à la persistance de la protestation.

« Je suis peiné par les discordes irraisonnées que j’ai observées et que j’observe encore, celles-là mêmes qui sapent la volonté de ceux qui œuvrent, jour et nuit, pour le bonheur de l’ensemble du peuple et pour la dignité et la grandeur de l’Algérie. Je suis particulièrement affligé de voir des enfants de la région poussés à nuire à l’Etat de leur pays, et de constater que d’autres tendent à mettre en doute le dévouement et l’intégrité des dirigeants de leur Etat, et à s’inscrire en faux contre le bien-fondé de leurs actions, décisions et plans conçus pour réaliser le développement du pays dans son ensemble», indique Abdelaziz Bouteflika dans son message. Pour lui, il faut « admettre que sans une connaissance suffisante des potentialités de notre sous-sol en pétrole et gaz de schiste, il ne nous sera pas possible de planifier les étapes futures du développement de notre pays ».

Le chef de l’Etat explique également qu’avant d’entamer les recherches, les autorités se sont assurée « sur la base de certitudes irréfragables, éprouvées et vérifiées » que ces « explorations » faites « uniquement pour connaître les capacités du pays », que les travaux ne nuisent pas à l’environnement. « Nous nous conformerons à cette option jusqu’au bout », promet-il.

C’est la première fois que le chef de l’Etat s’adresse ainsi de manière aussi directe aux populations d’In-salah. Sera-t-il entendu ? Le doute est lus que permis

 Essaïd Wakli

Notez cet article