Après l’annonce du choix final de Nabil Fékir en faveur de la France, dans les colonne du quotidien l’Équipe hier lundi, c’est au tour du sélectionneur algérien, Christian Gourcuff, de confier au quotidien sportif les « dessous » des discussions qu’il a eu avec le milieu lyonnais. Et à en croire les révélations du sélectionneur des Verts, Fékir se serait un peu joué de lui. Mais beau joueur, Christian Gourcuff avoue n’avoir pas de rancune et lui souhaite « le meilleur pour sa carrière ».

Christian Gourcuff s’est donc expliqué sur ce retournement de situation auprès de nos confrères de l’Équipe : « Vendredi, aux alentours de 13h30, Nabil Fekir m’a appelé pour m’exprimer sa décision de revêtir le maillot de l’Algérie. C’était le dernier jour pour communiquer cette présélection pour un stage au Qatar. Dès le moment où Nabil m’avait formulé son envie de nous rejoindre, j’ai contacté le président puis les autres responsables de la Fédération afin de les informer de mon échange avec Nabil et de son choix. (…) Ma convocation fait suite à son appel. En aucun cas il ne m’a appelé pour me dire qu’il hésitait ». Le coach tient à préciser : « Nous n’avons jamais mis la moindre pression sur le joueur et on lui a laissé six mois pour prendre une décision […] Trois heures après son premier appel, il m’a rappelé pour me dire qu’il se rétractait »

Comment justifier une rétractation aussi brutale ? Nabil Fékir aurait-il été mis sous pression par son club, l’Olympique lyonnais, qui on le sait, ne souhaitait absolument pas voir sa pépite partir évoluer de l’autre côté de la méditerranée?

Notez cet article