Attaqué par Amar Saadani, Sofiane Djilali réplique sèchement. Le président de Jil Jadid a indiqué, dans une brève déclaration reprise par la chaîne de télévision KBC, qu’il « a fréquenté l’université algérienne » et que, contrairement à Saadani, il ne « s’est jamais adonné à des activité de danse et de derbouka ».

La réponse Sofiane Djilali intervient suite à une attaque du secrétaire général du FLN. Ce dernier a traité le président de Jil Jadid de quelqu’un qui ne «représente» que « sa personne »: «Posons-nous la question de savoir pourquoi la politique en Algérie n’est pas moralisée ? Prenons Djilali Soufiane. Quel parti a-t-il ? Ce n’est qu’un individu. Il a une idée qu’il défend comme tout professeur d’université ou de lycée ! Son rayon d’action se limite à un journal. D’ailleurs, peut-il réussir un rassemblement comme le nôtre aujourd’hui ? Peut-on sérieusement parler d’un parti politique qui n’a pas de programme ? Quel est le programme politique de tous ces “particuliers ?”», avait-il dit lors d’une rencontre avec les cadres du parti.

Les attaques de Saadani ne se ont pas arrêtées à Sofiane Djilali. Elles ont  également touché Abdellah Djaballah et Abderrezak Makri.

Ces attaques de Saadani sont venues après les salves lancées par les partis et personnalités de l’opposition contre le chef de l’Etat. Ces partis se sont insurgés contre les propos très violents tenus par le chef de l’Etat contre l’opposition.

Essaïd Wakli

Notez cet article