La présence d’une équipe de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) à la 5ème édition du Tour d’Algérie de cyclisme, qui a débuté hier, n’a pas était apparemment du goût du Makhzen. En effet, le Maroc a décidé, aujourd’hui, de retirer son équipe de cet événement pour protester contre cet état de fait.

Le Maroc avait pourtant pris part, hier, au Critérium international d’Alger, première étape du Tour, durant lequel ses cyclistes ont même brillé, puisque l’un d’eux a décroché la deuxième place derrière l’Algérien, Hichem Chaabane, le vainqueur.

Le Tour d’Algérie, qui traversera 25 wilayas d’ici le 30 mars prochain, devra continuer donc avec quatorze équipes. Il y a les quatre équipes algériennes, Cevital, Ooredoo, GSP et Sovac, les sélections nationales de Tunisie, de Syrie, du Rwanda, de l’Erythrée et de la RASD ainsi que les équipes BC South East (Royaume Uni), Al Ahly Dubaï (E.A.U), Team Greens (Malte), CT 2020 (Belgique) et Start-Massi Cycling (Paraguay).

Les organisateurs disent ne pas comprendre l’attitude des Marocains qui se sont quand même déplacés à Alger, alors qu’ils savaient que l’équipe de la RASD y participe. A moins que l’équipe du royaume chérifien était au courant que les Saharaouis n’allaient pas prendre part au Critérium international d’Alger. Donc, ils seraient venus en Algérie pour participer à cette première étape avant de se retirer par la suite.

 Elyas Nour

Notez cet article