Exprimant leur ras-le-bol de voir les voyageurs algériens de la diaspora « rackettés », « dépouillés », « plumés » par les différentes compagnies aériennes et maritimes en Algérie, le Collectif contre la cherté des transports vers l’Algérie (CCTA) a décidé de saisir la justice algérienne comme ultime recours. Cependant, le CCTA annonce que cette démarche sera extrêmement coûteuse et appelle chaque personne intéressée à participer financièrement à ce combat contre la cherté du transport en Algérie.

 Le CCTA a pris la décision de saisir la justice algérienne pour défendre les intérêts de la diaspora contre les excès des compagnies aériennes desservant l’Algérie. Pour accomplir cette mission, le CCTA a annoncé, dans un communiqué adressé à notre rédaction, que cette tâche nécessite la contribution financière de chaque personne en fonction de ses revenues. C’est donc un appel à la collecte de dons financiers que lance le collectif dans le but d’en finir avec le monopole et mettre fin au « vol » exercé, « en toute impunité », par les compagnies aériennes et maritimes.

Dressant une comparaison avec les compagnies aériennes tunisiennes ou marocaines, qui traitent leurs clients comme des rois, le CCTA relève que les compagnies algériennes « rackettent, dépouillent et même plument les voyageurs algériens qui ne rêvent que de revenir en Algérie pour rendre visite aux leurs ». « Nous disons STOP à cette mascarade, il est temps de passer à un niveau supérieur », s’insurgent les membres du collectif qui ont décidé de saisir la justice comme ultime recours, après l’échec de toutes leurs tentatives visant à améliorer les services de transport aériens/maritimes vers l’Algérie. « Notre objectif est de dénoncer devant la justice l’entente illégale entre Air Algérie et ses pseudos-concurrents, notamment la compagnie Aigle Azur qui rafle la majorité de ce marché du coté pavillon français/européen. En sus, il est question d’exiger l’instauration et l’application de lois protégeant les droits des passagers au départ de l’Algérie en cas de retard/annulation de vols », lit-on sur le communiqué du CCTA.

Exprimant son souhait de collecter des aides financières pour pouvoir entamer cette procédure, le CCTA affirme s’être rapproché d’un  avocat parisien de renommée prêt à défendre les intérêts de la diaspora contre les excès des compagnies aériennes desservant l’Algérie ».

Soulignant que leur démarche n’est pas à caractère commercial, le CCTA précise que le collectif ne se soucie que de l’intérêt des usagers des transports aériens et maritimes vers l’Algérie.

Nourhane S.