Le producteur et rédacteur en chef de l’émission El Djazaïria Week-end a réagi officiellement sur sa page Facebook  aux informations mensongères qui circulent, en ce moment, autour de la « suspension » brutale de cette émission satirique qui a dérangé de nombreux cercles politiques en Algérie. 

« Oui, notre émission s’est arrêtée à cause de Miloud Chorfi et sa clique », a expliqué Mustapha Kessaci qui confirme ainsi la censure dont ont été victimes les journalistes et chroniqueurs de cette émission et dont la liberté de ton déplaît, manifestement, aux politiques algériens. « Chorfi et sa clique s’opposent à notre liberté d’expression et nous accusent d’atteinte aux Symboles de l’Etat. Un communiqué officiel a été diffusé dans ce sens. Les gens qui doutent encore de la censure et de la violation de notre liberté d’expression sont de véritables mercenaires », s’indigne le jeune animateur qui a été également choqué par le communiqué de la direction de la chaîne El Djazaïria. Celle-ci a s’est retournée contre ses propres journalistes en affirmant qu’elle a suspendu cette émission de son propre gré pour la relancer après le Ramadhan ! Selon Mustapha Kessaci, deux « journalistes et responsables véreux » au sein de la chaîne ont manipulé la direction pour diffuser ce communiqué afin de discréditer son travail et « casser cette mobilisation et élan de solidarité » qui s’est enclenché autour de l’équipe d’El-Djazaïria Week-end. « Ce sont des envieux qui n’ont jamais été honnêtes dans leur travail et je vais dévoiler leurs noms prochainement », a-t-il expliqué.

« Je défendrai notre liberté d’expression jusqu’au bout. Nous ne serons jamais les journalistes du sandwich ou des opportunistes », affirme encore Mustapha Kessaci. Ce dernier conclut en faisant remarquer qu’il n’est ni « partisan du régime ni un opposant. Mais juste un journaliste engagé pour la liberté quel qu’en soit le prix à payer ».