Initialement prévu pour ce mardi 5 mai, le procès du caricaturiste Tahar Djehiche n’a finalement pas eu lieu. Le tribunal de Lemghir, dans la wilaya d’El Oued, a renvoyé l’affaire à mardi prochain à la demande de la défense, a-t-on appris auprès du prévenu. 

« Mon avocat ici à El Oued a demandé le report du procès pour permettre aux autres membres du collectif constitué de militants des droits de l’Homme d’y être présent et prendre ma défense », explique M. Djehiche, joint par téléphone en milieu-de matinée.

De son côté, Me Badi Abdelghani, avocat et militant de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (LADDH), ayant pris l’initiative de constituer un collectif pour « bien défendre » le caricaturiste, indique qu’il n’a « pas eu le temps de contacter un maximum d’avocats pour constituer un groupe solide et plaider comme il se doit la cause de Djehiche, relative à la liberté d’expression de surcroît ». « M. Djehiche a reçu la convocation jeudi dernier, soit à la veille du week-end. A cela s’ajoute le fait que le procès de Rachid Aouine, que nous-mêmes allons défendre aussi, soit programmé pour le lundi 11 mai à El Oued aussi. C’est ce qui a motivé notre demande de report », explique Me Badi.

A rappeler que le caricaturiste Tahar Djehiche est poursuivi en justice pour “atteinte au président de la République” et “incitation à attroupement non armé”. Une caricature, dont il est l’auteur, et des écrits, qu’il a niés en partie, postés sur sa page Facebook, sont à l’origine des poursuites.

Liberté d’expression: Le procès du caricaturiste Tahar Djehiche reporté
Notez cet article