De violentes échauffourées ont éclatés, hier, dans un camp d’immigrés subsahariens à Ouargla, aménagé au niveau de la fourrière de la ville, près de la zone industrielle. Ces affrontement ont fait 16 blessés dont un dans un état grave.

L’affrontement a opposé des immigrés de confession musulmane et chrétienne, indique le quotidien arabophone «El Khabar» et les services de sécurité n’ont pas encore établit les circonstances ayant conduits à ces douloureux événement.

Les blessés, touchés pour les uns, par des coups de couteaux et pour d’autres, par des bâtons, ont été aussitôt transportés vers l’hôpital «Slimane Amirat». Deux enfants, âgés d’à peine 4 ans, font également partie des blessés.

Selon des témoins, c’est la deuxième fois que des affrontements entre subsahariens musulmans et chrétiens éclatent dans ce camp. Mais les précédents événements n’ont pas connus un tel degré de gravité. Les belligérants se comptent parmi des ressortissants du Liberia et du Niger. Tout a, en fait, commencé lorsqu’un Libérien a déclenché un incendie dans une maisonnette d’une famille originaire du Niger. Le feu s’est ensuite propagé à plusieurs autres habitations.

Les agents de la protection civile, qui sont intervenus immédiatement et qui sont venus à bout de l’incendie après trois heures de lutte acharnée, ont tout fait pour que celui-ci n’atteigne pas les entreprises situées dans la zone industrielle mitoyenne. Cela aurait été une véritable catastrophe. En tout cas, une enquête a été ouverte pour déterminer les raisons et les responsables de ces affrontements.

 Elyas Nour