La polémique enfle entre Ali Haddad, président du Forum des chefs d’entreprise (FCE), et Saïda Neghza, vice-présidente de la Confédération générale des entreprises algériennes (CGEA).

Après les attaques virulentes lancées par Mme Neghza à l’encontre de M. Haddad, l’accusant notamment d’avoir « humilié et déshonoré » la femme algérienne lors de son allocution en Chine à l’occasion du dernier Forum d’affaires algéro-chinois, le FCE riposte. Dans un communiqué rendu public, ce dernier s’en défend et qualifie ces accusations d’ « allégations et déclarations fallacieuses et mal intentionnées d’une dirigeante d’une organisation patronale ». « Le Forum des Chefs d’Entreprise dénonce fermement cette attaque injustifiée, sans fondement et inexplicable », lit-on dans le même document.

Preuve à l’appui, le FCE publie la vidéo de l’intervention « complète » de son président. Dans l’enregistrement en question, Ali Haddad, n’a fait que dresser un constat en affirmant que beaucoup de ressortissants chinois travaillant en Algérie ont divorcé en Chine et se sont remariés avec des Algériennes. Où est donc le « déshonneur » présumé à l’encontre de la femme algérienne dont parle la vice-présidente de CGEA, qui dans son attaque télévisée assimile, faut-il le souligner, le mariage mixte algéro-chinois à du ‘rokhs’, une atteinte à la dignité de la femme algérienne, et du coup à l’homme? « Il n’a jamais été question de tenir des propos méprisants et encore moins dédaigneux envers la femme algérienne », s’en défend le FCE.

« Guerre de leadership, propos diffamatoires »

Contactée à ce sujet, la chargée de communication du FCE, dénonce une attaque « mesquine » qui cache mal une « guerre de leadership lancée par une organisation patronale (CGEA, NDLR) en usant de propos diffamatoires ». Le FCE va-t-il donc poursuivre en justice la vice-présidente de la CGEA pour diffamation? « Seul M. Haddad peut répondre à cette question. Vous aurez peut-être la réponse samedi prochain lors d’une conférence de presse qu’il devra animée en marge du lancement du label ‘Origine Algérie garantie’ « , répond la chargée de communication du FCE.

« Vidéo incomplète »

Cependant, la vice-présidente de la CGEA persiste et signe. « La vidéo publiée par le FCE est incomplète. Je demande à M. Haddad de diffuser celle où l’on voit M. Benamor pris d’un fou rire », soutient Saïda Neghza, jointe en milieu de journée par téléphone. Avez-vous cette vidéo? « J’ai assisté au forum en tant qu’invitée et non journaliste », rétorque-t-elle, sans préciser où elle l’a visionnée!

Dans son communiqué, « le FCE regrette la récurrence d’une campagne insidieuse portée contre lui (…) ». Qui serait derrière cette campagne? Point de précision dans le document du FCE. Néanmoins, il est fort probable que c’est le Parti des travailleurs (PT) qui est pointé du doigt. La patronne du PT, Louisa Hanoune, s’en est, en effet, souvent pris à Ali Haddad en dénonçant une jonction entre les intérêts privés d’une oligarchie et les intérêts de l’Etat.

Le PT derrière une « campagne insidieuse » contre le FCE?

Cette hypothèse est d’autant plus probable que Saïda Neghza « nie tout lien avec TAJ (le parti de Ammar Ghoul, ministre des Transports) », contrairement à certaines rumeurs colportées sur la place d’Alger, et se dit « sur le point de rejoindre le PT ».  « Le président de notre organisation, M. Yousfi, est cadre du TAJ. Mais moi, je n’ai aucun lien avec  ce parti », explique-t-elle. « Je vais adhérer au PT, car Louisa Hanoune est la seule responsable qui ose dénoncer les auteurs des actes déshonorant les Algériens et portant atteinte à l’image de notre pays », soutient M. Neghza.

Polémique Neghza-Haddad: Le FCE riposte, Saïda Neghza persiste et signe
3.5 (70%) 6 vote[s]