Après Abdelaziz Bouteflika, le secrétaire général du FLN, Amar Saadani, reçoit un soutien de « taille ». Fraîchement « élu » secrétaire général du FLN, Saadani a été destinataire d’une lettre émanant du puissant chef d’Etat-major de l’armée, Ahmed Gaïd-Salah.

Dans la lettre, révélée par le soir d’Algérie, le « patron » de l’ANP s’adresse «au frère » Amar Saâdani,  secrétaire général du parti du Front de libération nationale: « il m’est particulièrement agréable de présenter, à votre honorable personne, mes plus sincères félicitations et mes meilleurs vœux de santé et de prospérité, à l’occasion de votre plébiscite, à l’unanimité, comme secrétaire général du parti du Front de libération nationale et prie Dieu le Tout-Puissant de vous prêter son assistance et sa bénédiction pour la réussite de votre colossale entreprise et vos efforts considérables et dont a grandement besoin l’Algérie des Chouhadas et du sacrifice. ».

Plus qu’une lettre protocolaire donc, le message de Gaïd-Salah se veut un geste politique. Et le chef d’Etat-major de l’armée le dit en des termes clairs. « S’il est attendu de cette force politique (le FLN) d’enrichir la dynamique de la classe politique dans notre pays et de consolider son édifice, elle qui constitue une force d’équilibre constamment guidée par ce souci permanent de servir les intérêts supérieurs de la nation, le FLN demeure aussi, comme aucune autre force, cette mémoire qui préserve l’histoire de notre glorieuse Nation avec ses épopées, ses gloires et ses incommensurables sacrifices», écrit-il.

Il ajoutera que « le parti du Front de libération nationale endosse une lourde responsabilité historique envers son pays et son peuple, particulièrement les générations futures qui devront être tout à fait conscientes que jamais les objectifs de la grande Révolution de Novembre ne seraient concrétisés sans cette image légendaire faite de sacrifices, d’unité, de fraternité et du don de soi qu’avait donnée de lui le peuple algérien dans toutes ses composantes sociales, lesquelles ont bouleversé le cours des événements à travers le monde et porté au firmament de la gloire parmi les nations, l’emblème de l’Algérie».

Le chef de l’armée termine sa missive par un vœu : «Je prie Dieu de vous prêter, ainsi qu’à nous tous et tous les valeureux enfants de ce pays, toute son assistance afin que vous poursuiviez votre noble mission et maintenir cette flamme de l’amour du pays et de l’esprit du sacrifice pour le servir et qui doivent rester ancrés à jamais dans les esprits (…) par fidélité au serment donné à nos valeureux Martyrs.»

Un soutien total et clair à celui qui, il y a quelques mois, s’attaquait de manière virulente au chef du DRS, le général Toufik.

Essaïd Wakli