Dis moi comment tu triches, je te dirai qui tu es. Voici la devise de certains candidats algériens aux épreuves du baccalauréat qui ont débuté depuis ce dimanche à travers toute l’Algérie. Cette année encore, de plus en plus de lycéens s’ingénient à trouver le moyen le plus efficace pour tenter d’arracher une bonne note dans une matière donnée. Et sur Internet, les cours et autres démonstrations pour tricher efficacement ne manquent pas. Les moyens technologiques, notamment les smartphones, et autres oreillettes, sont mis à contribution. 

Sur plusieurs sites web, des vidéos sont tout simplement postées pour apprendre aux candidats l’art de tricher ! Des astuces sont rendues publiques pour leur apprendre comme être en contact avec quelqu’un de l’extérieur. Le «tricheur» devra néanmoins être habile dans l’utilisation de son système de communication afin que personne ne s’en aperçoive lorsqu’il compose un numéro par exemple ou qu’il accroche, à son oreille, une oreillette cachée sous sa manche.

D’autres démonstrations existent : comment faire rouler un bout de papier à l’intérieur d’un stylo et le faire apparaître au moment adéquat. D’autres tricheurs utilisent un ruban adhésif transparent sur lequel sont collés des bouts de textes transposés et collés sur une règle, une tasse ou un quelconque autre outil qui ne provoque pas la suspicion. De véritables modes d’emploi du parfait tricheur sont disponibles sur Internet. Aux surveillants de nos centres d’examens de consulter ces mêmes sites afin de détecter les potentiels «tricheurs».

Elyas Nour