Quelques jours après une brillante et difficile réélection à la tête de la FIFA, Joseph Blatter jette l’éponge. Acculé par la multiplication des scandales de corruption touchant son entourage, le tout puissant président de la Fédération internationale a annoncé, dans un communiqué, qu’il cédera sa place en décembre 2015 à l’occasion d’un nouveau Congrès.

« Bien que les membres de la FIFA m’aient conféré ce mandat, ce mandat n’a pas le soutien de l’intégralité du monde du football, j’entends par-là des supporteurs, des joueurs, des clubs et de tous ceux qui vivent, respirent et aiment le football autant que nous tous à la FIFA», a écrit Joseph Blatter dans sa missive.

Le dernier scandale révélé par le journal américain New York Times a donc fini par avoir la tête de Josph Blatter. Selon le quotidien qui cite plusieurs responsables fédéraux américains anonymes, le secrétaire général de la Fifa et bras droit de Joseph Blatter, Jérôme Valcke, a transféré 10 millions de dollars sur des comptes gérés par l’ancien vice-président de l’organisation Jack Warner.

L’information a été vite confirmée par la FIFA qui nie « un acte de corruption ». « En 2007, dans le cadre de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, le gouvernement sud-africain a approuvé un projet de 10 M USD pour aider la diaspora africaine dans les Caraïbes », a indiqué la Fifa dans un communiqué, précisant que cette somme provenait du comité d’organisation du Mondial sud-africain.

En réaction à la décision du vieux président de 79 ans, Michel Platini  a estimé que c’est « une décision difficile, courageuse et c’est la bonne décision ». L’ancien rival de Blatter, le prince Ali de Jordanie, a d’ores et déjà annoncé qu’il sera candidat lors de la prochaine élection.

Essaïd Wakli