Pour sa première sortie publique après la révélation de la lettre envoyée par Gaïd-Salah à Amar Saadani, Louisa Hanoune sort de sa réserve.

Elle estime que la missive risque la «déstabilisation et fragilisation de la colonne vertébrale de l’Etat et donc du pays ». «Ce n’est pas une continuité à la lettre du président. Ça ressemble plus à une concurrence. C’est une dérive dangereuse non constitutionnelle. L’armée n’a pas l’habitude d’adresser des lettres de félicitations à des partis politiques», a indique la secrétaire générale du Parti des Travailleurs lors d’une conférence de presse animée mercredi à Alger. Plus que cela, Hanoune estime que cette missive est «un viol de la conscience des soldats et des officiers ».

Jusque-là, Louisa Hanoune s’est gardée de s’attaquer à Ahmed Gaïd-Salah. Elle ne s’est jamais attaquée, non plus à Abdelaziz Bouteflika personnellement. Elle a en revanche critiqué, de manière virulente, des ministres et proches du chef de l’Etat.

Essaïd Wakli

Notez cet article