Prendre soin d’un patrimoine aussi grandiose que celui de la Casbah, en procédant à une large opération de nettoyage, voici donc l’objectif que s’est fixé un groupe de jeunes bénévoles déterminés à donner un nouveau souffle à ce quartier historique d’Alger. L’initiative, organisée samedi, par le site d’information culturelle Viny Culture, a vu la participation de nombreux volontaires.

La Casbah est-elle en passe de retrouver sa beauté, son charme et sa propreté ? Cela semble être le cas en voyant l’entrain et la détermination des jeunes bénévoles qui se sont rendus, samedi, à la casbah pour apporter leur concours aux initiateurs d’une large campagne de nettoyage visant la préservation et la sauvegarde de ce patrimoine très important de l’Algérie. La Casbah ne croupira plus, du moins momentanément, sous le poids des ordures qui engendrent de mauvaises odeurs et donnent une triste image de ce site classé patrimoine mondial de l’humanité, en 1992, par l’UNESCO.

Advertisement

Grâce à des volontaires conscients de la nécessité de la protection de ce site, elle a revêtu, samedi, une autre tenue bien plus immaculée et avenante. Et pour cause! Des adultes, des enfants et des femmes se sont munis de leurs balais, pelles, sachets en plastique et gants pour procéder à une grande opération de nettoyage. L’initiative, qui entend « vulgariser le patrimoine et sa protection d’une autre manière », a donné des résultats surprenants : la Casbah n’a jamais été aussi propre.

Les participants à cette louable initiative se sont répartis en groupe pour pouvoir procéder à un nettoyage complet. Tout le monde a mis la main à la pâte pour redonner à cette « médina », abandonnée et négligée par ses habitants et par les autorités, un nouveau look bien plus frais. Cette initiative, saluée par les citoyens algérois, ne devrait pas être l’exception. Les associations devraient associer la société civile et interpeller les autorités pour mener à bien ce genre de missions nécessaire pour préserver le patrimoine et sauvegarder l’environnement.

Nourhane S.