Durant le mois de Ramadhan, nombreux sont ceux qui reconnaissent manquer d’énergie pour travailler durant la journée, notamment après avoir passé la nuit à veiller. Face à cette réalité, plusieurs entreprises se retrouvent impuissantes. Ainsi, si certains employeurs choisissent de donner un congé à leurs employés pendant ce mois sacré, d’autres trouvent le moyen de maintenir, tant bien que mal, un certain niveau de productivité.

Absentéisme, somnolence, baisse de productivité, durant le mois sacré, les jeûneurs n’arrivent pas à travailler correctement. En raison de la perturbation du sommeil occasionnée par le changement de rythme, plusieurs spécialistes ont constaté la baisse de tonus durant ce mois, une baisse qui porte préjudice aux administrations et aux entreprises dont plusieurs déplorent la réduction de la productivité.

Dans un reportage diffusé sur la radio algérienne Chaîne III, Tahar Daoudi, directeur de placement et de conseil en ressources humaines, a affirmé qu’une baisse de régime est très souvent constatée durant ce mois, en raison de la perturbation du cycle du sommeil des jeûneurs qui ne possèdent plus les capacités nécessaires pour travailler pendant les longues journées ramadanesque. M. Daoudi a affirmé que la réduction des horaires d’une heure ou deux ne change rien car même, pendant les heures qu’ils sont censés travailler, certains salariés passent leur temps à dormir.

Si certaines entreprises prennent les devants en offrant un congé à leurs employés durant ce mois, pour d’autres, à l’instar de Joky Food Méditerranée, une société spécialisée dans la production de boissons, il est nécessaire de trouver d’autres procédés pour augmenter la productivité vu que la demande augmente également. Selon Yacine Esham, le gérant de cette entreprise, il suffit de trouver des gens motivés et rigoureux pour pouvoir, non seulement maintenir le seuil de productivité, mais également l’augmenter.

Nourhane S. 

Notez cet article