Le RCD lance un ultime appel aux Algériens afin de rejoindre l’opposition qui prépare des actions de rue à la rentrée sociale.

Dans un communiqué qui a sanctionné les travaux de son secrétariat politique, le parti de Mohcine Belabbas « exhorte les Algériens et les Algériennes, convaincus que l’issue pacifique et démocratique est la seule alternative à la crise que vit le pays, à soutenir les actions programmées à la rentrée sociale pour consolider ce cadre consensuel et créer un rapport de force en faveur d’une transition démocratique pacifique et ordonnée ». Le parti de Mohcine Belabbas estime que « le travail de sensibilisation doit se poursuivre et prend acte, avec satisfaction, de la volonté des partenaires à multiplier les actions de mobilisation et à privilégier la décantation sur la scène politique ».

Revenant sur l’affaire de Ghardaïa, le RCD pense que « ces heurts sont la conséquence de la passivité des pouvoirs publics face à la violence diffuse dans la société, savamment entretenue par des milieux inféodés au pouvoir, et de l’impunité absolue dont jouissent les puissants du moment. Ils révèlent l’impuissance de l’Etat à garantir la sécurité des personnes et de leurs biens, tel que consacré par la constitution, et reposent avec acuité la problématique des limites de l’Etat national et des institutions factices, imposés à notre société au lendemain de l’indépendance ».

Le RCD demande des comptes à propos de la visite de François Hollande à Alger. Il interpelle les autorités algériennes sur « le timing et les motivations » et indique que « les Algériens sont en devoir de connaitre les engagements de l’Etat algérien à ce sujet ».

Le RCD et ses partenaires de la Coordination nationale pour les libertés et une transition démocratique (CLTD) comptent organiser à la rentrée des actions de rue.

Essaïd Wakli