Nos réserves de changes fondent comme neige au soleil ! Preuve en est, fin décembre 2014, l’Algérie disposait de 178,938 mds de dollars dans ses réserves de changes. Mais, en mars 2015, ces mêmes réserves n’étaient que de 159,918 milliards (mds) de dollars, soit une chute de près de 20 milliards de dollars en à peine trois mois ! 

Une brutale baisse. Une baisse sans précédent depuis le début des années 2000. Une baisse inquiétante expliquée par  « l’effet du choc externe résultant de la baisse drastique des cours de pétrole », d’après la Banque d’Algérie dans sa note sur les tendances financières et monétaires au premier trimestre 2015 qui reconnaît « une forte contraction des réserves officielles de change’’. Mais la Banque d’Algérie ne tire pas, pour autant, la sonnette d’alarme. Elle estime même que le niveau actuel des réserves de change ‘‘reste adéquat pour faire face au choc externe en situation de très faible dette extérieure qui a atteint 3,383 milliards de dollars à fin mars 2015’’. Mais si les prix du pétrole continuent à chuter, pendant combien de temps encore le gouvernement pourrait recourir aux avoirs en devises pour payer les importations du pays ? A cette question, la Banque d’Algérie ne fournit aucune explication convaincante.