L’exploration illicite de l’or fait rage dans l’extrême sud du pays. Preuve en est le nombre considérable de détecteurs de métaux, essentiellement destinés à ladite fin, saisis par les éléments de l’Armée nationale populaire (ANP) depuis quelques mois déjà.

Dans un communiqué rendu public, hier mardi, à l’issue d’une visite de travail et d’inspection effectuée par le Général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale et chef d’Etat-major de l’ANP, dans la 6e Région militaire à Tamanrasset, le MDN fait ainsi état de la saisine, jusque-là, de plus de 450 détecteurs de métaux, d’une valeur approximative de 750 000 DA (75 millions de centimes, NDLR) l’unité.

Pas plus loin que dimanche dernier, un détachement de l’ANP relevant du secteur opérationnel de Djanet (4ème Région militaire), dans la wilaya d’Illizi, a arrêté dix contrebandiers de différentes nationalités africaines en possession de dix détecteurs de métaux, entre autres.

Ces données démontrent, si besoin est, l’ampleur inquiétante du pillage de ce métal précieux par les étrangers. Cette contrebande ne serait tout de même pas l’apanage exclusif de criminels africains. Car, faut-il le souligner, des rumeurs répandues dans les principales zones touristiques de l’extrême sud du pays faisaient déjà état du recours de touristes européens à ce trafic.