Hassan Nasrallah, le célèbre secrétaire général du parti libanais Hezbollah, a mis en garde vendredi l’Algérie contre le danger du « confessionnalisme » qui risque d’enclencher une véritable « Moussiba » (calamité). Dans son discours prononcé à l’occasion de la traditionnelle « Journée de Jérusalem », Hassan Nasrallah a abordé les tragiques événements qui ont secoué la vallée du M’zab. 

 « Je n’ai pas d’informations très détaillées, je ne vais pas prétendre que je maîtrise ce dossier, mais l’Algérie risque de sombrer dans une lutte confessionnelle », indique le leader du Hezbollah selon lequel la propagande médiatique menée tambour battant par les chaînes de télévision arabes autour des événements de Ghardaïa démontre que l’Occident tente de donner une dimension confessionnelle aux affrontements intercommunautaires à Ghardaïa. Des affrontements qui exposent l’Algérie au danger des « violences confessionnelles ». Un fléau alimenté, d’après lui, en partie par les puissances occidentales et Israël pour semer le chaos dans le monde arabe.

Notez cet article