En plus de la beauté de sa côte et la fraîcheur de ses cimes, la Kabylie renferme un autre gisement touristique peu connu : le « tourisme cultuel ». Azrou Nethor ou le « Rocher du zénith », situé aux confins de trois wilayas, Tizi-ouzou, Béjaia et Bouira, offre, durant trois semaines de juillet, une occasion à des milliers de pèlerins » de rêver et de s’évader. 

Située à 1800 mètres d’altitude, le mont comprend un mausolée construit à son sommet. La mosquée s’appelle Jamâ Oufella (Mosquée Supérieure). Elle est une destination privilégiée pour les jeunes filles en quête d’un mari ou d’un enfant. Des hommes et des femmes, qui croient en les pouvoirs mystiques des lieux, viennent y faire leurs prières en déposant un présent ou en allumant, tout simplement, une bougie.

Azrou Nethor n’est pas qu’un lieu mystique. Des centaines de citoyens y viennent communier, tout en dégustant un bon couscous préparé par les villageois des alentours. Ainsi, durant trois semaines, chacun des villages de la région organise sa « waâda ». Des jeunes, filles et garçons, conjuguent leurs forces et leurs savoirs pour offrir aux visiteurs et pèlerins des moments de détente et de plaisir.

Le paysage d’Azrou Nethor est pittoresque. Situé à quelques encablures de Lalla Khedidja, le point culminant du Djurdjura, il est presque dépourvu de végétation, mais son paysage rocheux est magnifique. Il offre aux visiteurs une vue imprenable sur la Vallée de la Soummam, Bouira et certains villages de la Haute Kabylie. C’est également le lieu de prédilection des amoureux des sports de montagne.

Un lieu à visiter de préférence à la belle saison. Durant l’hiver, en effet, le lieu, drapé d’un beau burnous blanc, est difficile d’accès.

Essaïd Wakli