Sans crier gare, les autorités sont sur le point de procéder à l’élargissement des dispositions de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale à d’autres catégories.

Selon l’avocat Merwan Azzi, qui préside la commission de suivi des dispositions de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, de nouvelles catégories sociales seront touchées par les indemnisations. Le juriste, qui s’est exprimé dimanche sur les ondes de la Radio nationale, a indiqué qu’il est sur le point de présenter un rapport détaillé au chef de l’Etat. Le document comporte notamment le bilan de l’application de la loi qui date de septembre 2006. « 95% de la loi a déjà été appliquée », assure déjà le responsable qui n’a pas donné plus de détail.

En revanche, le jeune avocat, qui aime affirmer qu’il prend en charge des dossiers « bénévolement », a indiqué que la charte « va être élargie » à de nouvelles catégories. Il s’agit des militaires rappelés dans le cadre de la lutte contre le terrorisme dans les années 1990. Ces derniers, incorporés de force pour appuyer l’armée qui faisait face au terrorisme, s’en sont sortis, pour nombre d’entre eux, avec des blessures et des séquelles indélébiles. Beaucoup d’entre eux n’ont reçu comme compensation que de maigres pensions. Leur solde va probablement être relevée au même niveau que celle des autres invalides ou blessés sous les drapeaux. C’est ce qui constitue d’ailleurs une des revendications de cette catégorie. Ces mesures concerneront également d’autres catégories de militaires ou des forces auxiliaires, comme les GLD et les Gardes communaux.

La nouveauté dans l’extension des dispositions de la Charte est sans nul doute l’incorporation des anciens militants du FIS détenus dans des camps de détention crées dans le Sud du pays au début des années 1990. Beaucoup de ces islamistes, dont certains ont été arrêtés de manière arbitraire, ont été relâchés sans jugement. Ils demandent réparation. Chose que les autorités s’apprêtent à concéder.

Selon différentes sources, même les entrepreneurs dont les installations ont été endommagées durant la décennie noire seront également indemnisés. Il est également fort probable que les familles des victimes de terrorisme aient un nouveau statut.

Essaïd Wakli