Face à la crise, Abdelmalek Sellal choisit la dérobade. Le Premier ministre a réuni, samedi, les walis de la République pour leur tenir un langage marqué par la menace.

Ainsi, s’exprimant sur la nécessité de relancer l’économie nationale, le Premier ministre a demandé aux walis d’éviter de faire preuve de « bureaucratie » en face des investisseurs. « La relation de l’administration locale avec l’entrepreneur ne doit  plus se limiter à une prestation administrative de délivrance d’autorisations  ou d’agréments. Il s’agit de mettre en place des dispositifs d’accompagnement  continu en amont et en aval où le wali serait un véritable VRP de sa wilaya,  en allant démarcher les potentiels investisseurs et en faisant la promotion  des atouts de ses communes et daïras », a indiqué Sellal.  Estimant que la promotion de la production nationale était tributaire de l’aplanissement des difficultés qui entravent son développement, le Premier ministre a souligné la nécessité de « mettre fin aux comportements bureaucratiques qui paralysent les initiatives et portent préjudice à notre crédibilité et à  notre économie ».

Pour faire face à la nouvelle donne économique, le Premier ministre a même insinué que l’Etat pourra, de nouveau, avoir recours à l’endettement extérieur. Pis, Sellal reconnaît que « l’Etat réduira ses dépenses » d’au moins 9% d’ici l’an prochain. Un premier aveu d’austérité.

« Malgré le contexte économique défavorable, nous pouvons bâtir une économie émergente et diversifiée », a cependant tenté de minimiser les effets de la crise. « Il vaut mieux compter nos sous mais sans faire caler le moteur économique qui soutient l’emploi et le pouvoir d’achat », a-t-il plaidé ajoutant que « des actions de rationalisation sont et seront menées pour mieux maîtriser les dépenses de l’Etat et des collectivités locales ».

Le Premier ministre a également insisté sur le rôle des élus locaux dans la création de la richesse.  « Le rôle des autorités locales et à leur tête les walis, et bien sûr  les présidents d’APC, est déterminant dans cette démarche. Vous êtes (…) la clef de voûte », a-t-il insisté.

Une rencontre organisée par le Conseil économique et social (CNES) se tiendra le 15 septembre, autour de la situation économique. Elle sera suivie par une Tripartite qui aura lieu début octobre à Biskra, ajoutera le premier ministre.

Essaïd Wakli/agences