Les barques de fortune en provenance des côtes libyennes ne désemplissent pas de migrants, qui risquent littéralement leur vie pour parvenir en Europe. Malgré le renforcement des patrouilles de sécurité et de secours, le nombre de candidats à l'immigration, disparus en Méditerranée, est en augmentation. 

Cimetière marin des migrants, la Méditerranée n'a malheureusement jamais aussi bien porté ce funeste surnom. Un nouveau bateau de pêche surchargé, transport environ 600 migrants clandestins, a fait naufrage, mercredi, au large des côtes libyennes, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Il s'est retourné, probablement sous l'effet d'un mouvement de foule. Vingt-cinq corps inertes ont été repêchés par la marine italienne, tandis que plus de 200 autres passagers sont encore portés disparus, d'après la même source. Les survivants, 342 hommes, 12 femmes et 13 enfants, sont attendus ce jeudi après-midi à Palerme, en Sicile.

Advertisement

Ce matin, les gardes-côtes italiens ont annoncé sur leur compte Twitter avoir secouru mercredi plus de 381 rescapés d'une autre embarcation, qui a coulé à 30 milles du littoral libyen.  

 

"L'Europe doit accueillir davantage de réfugiés"

Malgré le renforcement de patrouilles de secours de l'Union européenne (UE) en avril 2013, le nombre de candidats à l'exil en Europe, disparus en Méditerranée, est en constante augmentation. Pour Amnesty International, les capacités de sauvetage en mer des Etats membres de l'UE ont montré, mercredi, leur limite. "Mais pour réellement réduire le risque de voir de nouvelles vies disparaître en mer, il faut agir en amont, avant les tentatives de traversée", préconise ainsi l'organisation non-gouvernementale, dans un communiqué diffusé ce jeudi. Elle développe : "Concrètement, nous appelons les Etats à accueillir davantage de réfugiés, notamment en accueillant un plus grand nombre de personnes via la réinstallation, en étendant les possibilités d’accès à l’Europe via des visas humanitaires et en utilisant de façon efficace les procédures de réunification familiale". Toutefois, la majorité des migrants sans-papiers ne remplissent pas les conditions pour bénéficier du statut de réfugié, d'après les critères du Haut commissariat aux réfugiés.

2015 est une année sombre s'agissant de l'immigration clandestine en Méditerranée. Depuis janvier, plus de 2.000 femmes, enfants et hommes, originaires pour la plupart de Libye, du Soudan et de Syrie, se sont noyés en tentant de rejoindre les côtes italiennes ou grecques, contre 1607 morts sur la même période en 2014, précise l'OIM. De tristes statistiques qui font de la Méditerranée l'itinéraire pour un exil le dangereux au monde.

Pour mieux comprendre la tragédie humaine qui se déroule entre l'Afrique du nord et l'Europe, découvrez notre infographie interactive :