In Guezzam, dans la wilaya de Tamanrasset, a vécu de graves intempéries dans la nuit du 1er au 2 août . De fortes chutes de pluie ont jusqu’ à présent fait 100 familles sinistrées. Si les autorités évoquent une prise en charge rapide et correcte, la population pointe du doigt le détournement de certains produits destinés aux sinistrés.

Les fortes chutes de pluie qui se sont abattues dans la nuit du 1er au 2 août sur In Guezzam, dans la wilaya de Tamanrasset, ont occasionné d’importants dégâts. Le premier bilan indique qu’une centaine de familles sont sinistrées et 52 bâtisses effondrées. Une cellule de crise a été mise en place dans le sud algérien, avec « de gros moyens,  pour faire face à cette catastrophe naturelle », a affirmé Bellounis Hacène, chef de cabinet du wali. En précisant qu’aucune victime n’est a déploré pour l’instant.

Les intempéries ont été à l’origine de l’obstruction de plusieurs axes routiers, et de graves fissurations sur les vieilles bâtisses érigées, principalement dans les quartiers de Kounta ouest et est, et la cité des 600-logements. La Protection civile et l’APC travaillent conjointement pour tenter de dégager la boue et l’eau des maisons inondées.

Le plan Orsec a également été déclenché. Tout comme une commissions de wilaya chargée d’évaluer les dommages, a été constituée juste après le début des intempéries.

Pour pallier au sinistre, M. Bellounis a affirmé qu’un acheminement de vivres vers les quartiers touchés a été opéré ainsi que l’envoi, dès mardi, du premier convoi d’aide, composé de tentes et de produits alimentaire de première nécessité. Mais des sources sur place affirment, par ailleurs, que la population est mécontente de réaction des autorités et du détournement de certains produits destinés aux sinistrées.

Sara Grar