En visite dans certains bureaux de poste de la capitale, la ministre de la Poste des Technologies de l’Information et de la Communication, Imène-Houda Ferouan, a sévi. Elle a mis fin aux fonctions de certains fonctionnaires et suspendu d’autres.

En visite inopinée au centre de tri des chèques postaux, la ministre a décidé, sur le champ, de mettre fin aux missions du responsable,  ainsi que le rattachement, désormais, du centre en question à la direction centrale. La ministre a exprimé sa colère quant à « une situation de laisser-aller qui impose des sanctions », a t-elle  déclaré. Cette visite est intervenue suite notamment à une plainte de l’Association des consommateurs.

Advertisement

Dans la commune de Baraki, où aucune visite n’était prévue dans le programme initial, la responsable du secteur s’est arrêtée dans deux agences d’Algérie Poste où elle a constaté qu’un receveur principal d’une agence était absent  de son poste, alors qu’elle a reproché à l’autre- intérimaire- des fautes de gestion. La ministre a, dès lors, instruit le directeur général par intérim d’Algérie  Poste de mettre fin aux fonctions de ces responsables.

Ces sorties de Mme Feraoun, la plus jeune ministre du gouvernement, rappellent les coup de gueule du ministre de la Santé, Abdelmalek Boudiaf, qui a limogé, ces derniers temps, de nombreux responsables de son secteur.

S’agit-il de vraies décisions ou de simples coups de bluff ?

Essaïd Wakli