L’ancien Premier ministre, Sid-Ahmed Ghozali, ne mâche pas ses mots. Il considère que l’Algérie vit une période difficile en raison de la démission de son pouvoir politique qui, «au lieu d’endosser la responsabilité et reconnaître son échec », préfère rejeter son impuissance sur « la chute des cours du pétrole ».

S’exprimant hier à Alger, lors de l’ouverture de l’université d’été du Mouvement de la société pour la paix (MSP), à Bordj El-Kiffan, l’ancien Premier ministre, Sid-Ahmed Ghozali, n’a pas mâché ses mots. «Nous ne sommes pas ici pour être les ennemis du régime en place, mais le pays est en danger et les Algériens se trouvent dans une situation pénible en raison de la chute des prix du pétrole », a-t-il souligné.

M. Ghozali a mis l’accent sur l’échec du pouvoir en place. «Je profite de cette tribune pour mettre en garde les Algériens contre les mensonges du pouvoir politique en place qui tente de les convaincre que la situation difficile dans laquelle ils se trouve, aujourd’hui, est causée par la baisse des cours du pétrole. Cela est faux ! », a-t-il précisé lors de son intervention.

 «Le pouvoir en place refuse de reconnaître son échec, car il n’est pas arrivé à utiliser le pétrole à bon escient pour créer une richesse stable et permanente », a-t-il ajouté avant d’avertir le peuple pour ne pas tomber dans le piège des gouvernants qui tentent de se déresponsabiliser en expliquant la crise économique actuelle par l’effondrement du prix du pétrole.

Nourhane S.