Djilali, ce citoyen algérien n’oubliera jamais l’incroyable accouchement de son épouse. Après avoir sillonné tout le territoire de la wilaya de Bouira où trois maternités ont refusé de prendre en charge sa femme arrivée au terme de sa grossesse, Djilali a été sauvagement agressé après avoir réclamé tout simplement le droit d’accoucher dignement pour sa femme souffrante ! 

C’est une mésaventure rocambolesque qui en dit long sur la gestion scandaleuse de nos hôpitaux et polycliniques. A la maternité de M’Chedallah, dans la wilaya de Bouira, Djilali a été roué de coups et brutalement agressé par des agents de sécurité parce qu’il n’en pouvait plus de voir sa femme enceinte souffrir le martyre au moment où aucune maternité dans sa wilaya ne dispose des moyens nécessaires à même de lui permettre un accouchement sans risque. 17 points de suture et  16 jours d’incapacité de travail, tel est le sort cruel qui a été réservé à ce compatriote dans une maternité où les êtres humains sont censées recevoir des soins et non pas des coups et blessures.

Il aura fallu que Djilali et sa femme se déplacent jusqu’à Akbou, dans la wilaya de Béjaïa, pour qu’ils trouvent enfin un établissement public de santé capable d’accueillir au monde leur nouveau-né. Un accouchement à haut risque et des séquelles gravées à jamais dans la mémoire. Djilali décide de témoigner dans cette vidéo pour dénoncer cette injustice qui a failli coûter la vie à sa femme et son bébé. Un nouveau scandale qui vient nous prouver toute la profonde déchéance du secteur de la santé publique en Algérie.