Les parents et les proches du petit Anès Berdjem, âgé de 5 ans et n’ayant donné aucun signe de vie depuis plus de dix jours, sont morts d’inquiétude et de peur. En effet, les éléments de la Protection civile ont découvert dans l’après-midi d’hier vendredi, dans une forêt située au lieu-dit Djermane, à 7 km à l’est de la ville d’El Eulma, dans la wilaya voisine de Sétif, le cadavre d’un petit garçon  qui pourrait être celui de leur fils. Pour l’heure, l’identité du corps sans vie n’a pas encore été établie, apprend-on de sources au CHU de Sétif, où l’on a transféré la dépouille.

Les parents d’Anès vivent de ce fait dans la terreur de crainte d’apprendre que le cadavre retrouvé soit celui de leur gamin disparu. Ils sont ainsi dans l’attente déprimante des résultats de l’analyse ADN qui vient d’être effectuée après l’autopsie du corps, retrouvé, selon le sous-lieutenant Hadj Admini, de l’unité de Protection civile d’El Eulma, par un berger ayant de sitôt donné l’alerte.

La population de Mila et de Chelghoum-Laïd (lieu de résidence des parents d’Anès) prient aujourd’hui pour que la dépouille ne soit pas celle du petit Anès et que celui-ci soit retrouvé sain et sauf. Les services de sécurité, aidés par la population locale, continuent de mener, faut-il le souligner,  d’intenses recherches pour retrouver l’enfant disparu le 15 du mois en cours.

Nourhane S. 

Disparition du petit Anès/ Découverte d’un cadavre d’enfant à Sétif, attente déprimante de l’analyse ADN
Notez cet article