La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, se dit « optimiste » pour la rentrée scolaire de cette année (2015-2016), prévue après-demain dimanche. Elle affirme ainsi que la préparation de cet événement majeur a débuté depuis avril dernier. Un travail de longue haleine pour assurer les meilleures conditions possibles à plus de huit millions d’élèves à travers l’échelle nationale.

« Pour que le premier cours puisse être le premier jour, c’est à dire le 6 septembre pour les élèves, nous avons préparé la rentrée depuis le mois d’avril 2015 », a déclaré d’emblée la ministre de l’Education nationale, Mme Nouria Benghebrit, au cours de son intervention hier jeudi sur les ondes de la Chaîne3 de la Radio nationale. Et d’énumérer un ensemble de « mesures concrètes » qui « ont été prise au mois de juillet ». Elle cite ainsi « les concours de recrutement et les examens professionnels pour qu’on puisse avoir des chefs d’établissements et des inspecteurs là où il en manquait, la distribution des 3000 DA aux enfants nécessiteux  ainsi que le livre scolaire au niveau de l’établissement ». A cela s’ajoute, « bien entendu, souligne-t-elle, la rencontre que nous avons menée avec les syndicats bien avant la rentrée du 30 (août, NDLR) pour les administratifs, la rentrée du 1er (septembre, NDLR) pour les enseignants et celle du 6 (septembre, NDLR) pour les élèves. » « Ce qui nous permet aujourd’hui d’être optimiste », se réjouit Mme Benghebrit.

Quant à la stratégie mise en place par son département en prévision de cette année, la ministre la résume en « trois verbes d’action : Initier, élargir, renforcer ».

Concernant le premier axe, l’invitée de la Chaîne 3 affirme : « Nous initions une gestion adaptée du temps scolaire, la numérisation du secteur, la mise en place d’un dispositif qui est le collège inspectorat, les projets des 21 wilayas que nous allons suivre et bien évidemment de nouvelles méthodes de lutte contre l’échec scolaire en mettant l’accent sur la problématique de la remédiation ».

Abordant le deuxième point, Mme Benghebrit déclare: « Nous élargissons le préscolaire, parce qu’il fait fondamentalement partie de la problématique de l’équité. Nous élargissons l’enseignement de tamazight. Nous élargissons les associations des parents d’élève et nous sommes en train d’œuvrer pour que chaque établissement puisse en avoir une. Et bien évidemment, nous souhaitons qu’il y ait, dans le cadre de cet élargissement, les 32 semaines d’enseignement ».

S’agissant du troisième volet, la ministre s’engage à « renforcer la concertation avec les partenaires, les langages fondamentaux au niveau du primaire, l’enseignement des langues étrangères notamment au Sud, les capacités du secteur dans l’ingénierie de la formation. »