Quelques heures avant la rentrée scolaire 2015-2016, survenue ce matin, la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, a tenu à rassurer que les réformes prévues par son département seront soumises à l’approbation du gouvernement. C’est le cas, entre autres, des changements qui seront opérés dans l’examen du baccalauréat.

« La proposition soumise par les experts à l’occasion de la tenue de la Conférence nationale d’évaluation de la réforme de l’Ecole (25 et 26 juillet), concernant l’examen du baccalauréat, requiert l’aval du gouvernement car s’inscrivant dans le cadre du système national des examens », indique la ministre de l’Education nationale dans un entretien accordé à l’agence APS. Pour Mme Benghebrit, l’introduction d’une 1ère session du Bac en 2ème année secondaire requiert une autre proposition consistant en la fiche d’évaluation continue pour garantir l’assiduité des élèves.

Cette proposition « n’implique pas une annulation de certaines matières, mais plutôt une anticipation de l’enseignement de ces matières, dispensées en Terminale », a précisé la ministre soulignant que « la fiche d’évaluation continue sera toujours en vigueur durant la 3ème année secondaire pour inciter l’élève à se présenter aux cours ». « Avant de mettre en oeuvre cette proposition, nous devons disposer d’une vision exhaustive et instaurer une période transitoire, condition sine qua non si le gouvernement venait à donner son accord », a-t-elle ajouté.

A rappeler que 131 propositions ont sanctionné les travaux de la Conférence nationale sur la réforme de l’Ecole. Mais seule celle relative à l’usage de la langue maternelle dans le cycle primaire a fait polémique. Et c’est pour éviter ce genre de controverses que la ministre veut s’en remettre au gouvernement.

Essaïd Wakli