Ali Haddad, la patron du Forum des chefs d’entreprises (FCE) ne rate pas une occasion pour réaffirmer son opposition aux subventions de l’Etat. Hier encore, à l’occasion de l’installation de délégués du FCE à Annaba et El Tarf, celui-ci a défendu la hausse des prix de électricité et des carburants, contenue dans la Loi de finance 2016 actuellement en préparation.

Pour le patron des patrons algériens, la levée des subventions des produits de première nécessité est la solution pour tous les problèmes économiques auquel fait face le pays. Dressant un tableau noir de l’économie nationale, Haddad a affirmé que l’Etat n’est plus censé soutenir financièrement les entreprises publiques en difficultés. Celles qui sont au bord de la faillite doivent cesser d’exercer d’après lui.

Il faut dire qu’Ali Haddad fait de la levée des subventions son cheval de bataille, sans pour autant présenter d’alternative aux milliers d’algériens qui n’arrivent à subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles que grâce à ces subventions. Si ces dernières sont levées, les prix des produits de premières nécessités, pain et lait par exemple vont tripler.

Il faut dire que la volonté de certains cercles de lever les subventions – ou augmenter simplement les prix sans une levée totale des subventions – sur électricité et les carburants est tenace depuis quelques années déjà. Certains ont même instrumentalisé les affaires de saisies du carburant de la contrebande pour affirmer que seule la hausse de son prix mettrait fin à ce trafic, sans prendre en considération les impératifs sociaux.

Elyas Nour  

Notez cet article