Les autorités veulent tout faire pour récupérer l’argent qui circule dans le circuit informel. Après avoir lancé, le mois passé, l’opération visant à capter les sommes faramineuses non déclarés, en proposant à leur détenteurs une imposition unique à 7%, sans enquête ni redressement fiscal, les responsables des institutions bancaires et financières réfléchissent à la création de produits bancaires destinés à ceux qui «ne conçoivent pas les intérêts».

En d’autres termes, les responsables des banques ont la conviction que beaucoup de détenteurs de ces fonds ne veulent pas les déposer dans les institutions bancaires parce qu’ils estiment que les intérêts sont «illicites». Il faut signaler que certaines banques, comme la Cnep par exemple, ont institué, depuis quelques années déjà, des comptes bancaires sans intérêts.

Rappelons que les dispositions contenues dans la LFC 2015 permettent aux détenteurs de fonds de informels de déposer leur argent dans les banques, en payant seulement une taxe unique de 7%. Il leur est accordé un délai d’un an et demi pour bénéficier de ces avantages. Passé ce délai, soit fin 2016, la réglementation habituelle en matière de redressement fiscal et de poursuites judiciaires leur sera appliquée.

Des responsables de banques ont affirmé que l’opération battait son plein. Néanmoins, la position de la direction des impôts est plutôt nuancée. Selon eux, l’afflux n’est pas au rendez-vous. D’où peut-être cette réflexion quant à des comptes bancaires sans intérêts.

Elyas Nour