Même si la langue française demeure pour certains "la langue du colon", souvent au cœur de débats passionnés, voire violents, il n’en demeure pas moins qu’elle reste une langue très répandue en Algérie. En effet, 60% des Algériens sont francophones "réels", selon le Haut Conseil de la Francophonie (HCF). Ce taux place ainsi l’Algérie en deuxième position dans le monde, après la France évidemment, suivie de très loin par le Québec, qui occupe la troisième place.

Le français est loin d'être menacé de disparition du paysage linguistique dans notre pays. Partout en Algérie, notamment dans la capitale Alger, cette langue est utilisée couramment par les Algériens. Hommes, femmes, enfants, vieux, jeunes et moins jeunes le pratiquent quotidiennement chez-eux, dans les administrations et même dans la rue. La langue française est également enseignée à l’école, à partir de la deuxième année primaire.

Advertisement

Pour connaître la place qu’occupe la langue de Molière dans le paysage linguistique en Algérie, Rabah Sbaa, professeur en sociologie, a consacré à ce thème toute une étude, parue récemment aux Éditions Frantz Fanon. Selon le chercheur à l’université d’Oran, cité par le quotidien l'Expression,  40 ans d'indépendance n’ont pas altéré l’usage de cette langue en Algérie, car elle n’est pas juste maintenue dans la société, mais "son usage, souligne-t-il, est presque exclusif dans certains domaines comme la communication, les espaces culturels ou l'information". Pour le chercheur, la langue française, même si elle n'est pas une langue officielle, se porte tout de même très bien en Algérie. "Elle a même connu un regain de vitalité ces dernières années", estime-t-il.

Aujourd'hui, les chiffres sont éloquents puisque le HCF considère que 60% de la population algérienne est francophone "réelle"; chiffre qui place l'Algérie en deuxième position dans le monde, devançant ainsi de loin le Québec. En mars dernier, l’ambassadeur de France en Algérie, M. Bernard Emié, a, lui aussi, soutenu que "le français est une langue extrêmement répandue [en Algérie]". "Plus de 11 millions d’Algériens parlent cette langue couramment et quelque 15 000 autres sont inscrits au niveau des instituts français en Algérie pour apprendre cette langue qui représente un bien commun entre les Algériens et les Français", a-t-il souligné.

Nourhane S.