L’Algérie s’investit dans la recherche spatiale. C’est ce qu’a révélé, mardi, le Centre algérien de développement des technologies avancées (CDTA) dans un communiqué.

Il s’agit plus précisément d’un projet d’installation d’un grand télescope au niveau de la station spatiale internationale, a indiqué le professeur Mokhtar Sellami, directeur du développement technologique et de l’innovation au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. «L’Algérie prend part, par le biais de chercheurs notamment de l’université d’Oum El Bouaghi, à un projet d’installation d’un grand télescope au niveau de la station orbitale internationale», a-t-il déclaré.

En somme, l’Algérie est membre d’un consortium international pour le financement du projet, dans le cadre de la mission spatiale internationale Japanese Experimental Module as Extreme Universe space observatory (JEM -EUSO). Ce projet piloté par le Centre de recherche japonais Riken et pris en charge par 87 institutions de 16 pays, dont l’Algérie, qui participe avec 30 chercheurs. «La mission JEM EUSO consiste à développer, par un effort international conjoint, un télescope dédié à l’exploration des sources d’énergie qui alimentent l’accélération des rayons cosmiques de très hautes énergies notamment, celles qui entourent le globe terrestre», indique-t-on du côté du CDTA, dont le siège est à Baba Hcen, à Alger.

Il est ajouté que «cette collaboration consiste à développer un module expérimental de conception spécifique qui utilise l’atmosphère terrestre comme détecteur. Ce module sera placé, courant 2017-2018, sur la station spatiale internationale».

Elyas Nour