Certains l’utilisent comme un accessoire incontournable pour paraître branché. D’autres, non-fumeurs, la consomment croyant qu’elle est inoffensive. De vrais fumeurs y recourent pour enfin en finir avec leur dépendance au tabac. Mais qu’en est-il réellement ? La cigarette électronique utilisé pour remplacer la vraie cigarette n’est pourtant pas sans danger sur la santé. Les explications du Professeur Djamel-Eddine Nibouche, chef de service de cardiologie, à l’hôpital Nafissa Hamoud d’Hussein Dey.

Dans une déclaration accordée à la radio algérienne, le Professeur Djamel-Eddine Nibouche, chef du service cardiologie, à l’hôpital Nafissa Hamoud d’Hussein Dey, a mis en garde contre le recours à la cigarette électronique, un dispositif artificiel servant à favoriser le sevrage tabagique et qui dégage une « vapeur » ou « fumée artificielle » ressemblant visuellement à la fumée produite par la combustion du tabac. «Le piège de la cigarette électronique est qu’elle risque d’être consommé par un non-fumeur qui croira qu’elle n’est pas dangereuse. Pourtant, cela est faux puisque ce dernier consommera de la nicotine considérée comme la drogue la plus puissante », explique le Pr Nibouche.

Advertisement

Du côté des fumeurs algériens, les avis à propos de cette fameuse cigarette sont mitigés. « Il n’y a pas de palliatif. Où on arrête de fumer ou on continue », a déclaré un quinquagénaire. Pour ce dernier tout est une question de volonté. « La cigarette électronique est un leurre », a-t-il souligné.

Si certains fumeurs assurent avoir réussi à arrêter de fumer grâce à cette cigarette, d’autres affirment avoir échoué . «En prenant la cigarette électronique, j’ai découvert que je fumais plus qu’avant. Je la sortais presque à tout moment et j’ai fini par rechuter », avoue, déçu, Noureddine, 38 ans.

De l’avis de nombreux marchands de tabac, l’utilisation de la cigarette électronique, ou e-cigarette, a fortement augmenté en Algérie. Il faut pourtant signaler que si nombre de spécialistes vantent ses mérites et la recommandent à leurs patients, d’autres tentent de mettre en relief ses dangers sur la santé. En septembre 2013, la revue « 60 millions de consommateurs », a publié un article qui atteste que «les cigarettes électroniques peuvent émettre des composés potentiellement cancérogènes en quantités significatives ».

Nourhane S.