La Gendarmerie nationale a renforcé officiellement le système de surveillance par radars sur nos routes.  A cet effet, le Général Guir Badaoui, directeur de la télématique de la GN, a annoncé, samedi, lors d’une conférence de presse, que «571 systèmes radars de contrôle de vitesse de dernière génération (2015), mobiles, discrets, embraqués sur véhicules et capables de détecter les infractions au code de la route, en temps réel, notamment les excès de vitesse» sont déjà opérationnels au niveau de plusieurs points. Soyons donc vigilants ! 

D’autres radars seront acquis prochainement. L’opération de généralisation de ces systèmes se poursuivra jusqu’au mois de mars de l’année prochaine, a affirmé le haut gradé de la gendarmerie nationale. «Ces nouveaux moyens sont déployés afin d’identifier les conducteurs dangereux qui roulent avec excès de vitesse et qui provoquent souvent des accidents  mortels», explique le même haut responsable. Le nouveau système permettra, ajoutera le Général, «l’enregistrement de la vidéo  prise par la caméra permettant l’interception des conducteurs auteurs de conduite dangereuse, le contrôle des véhicules permettant d‘intercepter les véhicules en excès de vitesse dans les deux sens, le contrôle des véhicules, de jour comme de nuit dans toutes les conditions climatiques à l’aide d’un système d’infrarouge, et l’élaboration en temps réel du procès verbal des infractions constatées». Des données qui seront enregistrées et qui constitueront une base laquelle sera utilisée dans l’élaboration d’une liste noire des conducteur dangereux.

« Les infractions relevées sont enregistrées dans une banque de données, à partir de laquelle, une liste noire des usagers commettant fréquemment des infractions au code de la route est communiquée à toutes les unités de la Gendarmerie nationale », a souligné enfin le Général Guir Badaoui.

Elyas Nour  

Notez cet article