Visiblement la liste des morts algériens dans la dramatique bousculade de Mina risque encore de s’allonger. Selon le dernier communiqué de presse des Affaires étrangères, 61 hadjis n’ont toujours pas rejoint leurs lieux d’hébergement.

À l’issue d’une réunion tenue à La Mecque autour du Consul général d’Algérie à Djeddah, et qui a regroupé les différents responsables de la baâtha (mission) algérienne du hadj, le ministère des Affaires étrangère a publié un communiqué soulignant que plusieurs dizaines de hadjis algériens n’ont pas encore regagné leur lieu d’hébergement. S’adressant aux familles des victimes, les responsables dudit ministère ont assuré que ces dernières pourront être informées par les canaux appropriés.

Se voulant rassurant, le MAE a expliqué, dans son communiqué, que les responsables algériens, dont le Consul général et l’ensemble des équipes de la baâtha, demeurent mobilisés sur les lieux du drame afin de « localiser et identifier l’ensemble des victimes algériennes et ce, en coopération avec les autorités saoudiennes ».

Par ailleurs, le MAE a précisé que la cellule de crise algérienne installée depuis le drame, en coordination avec le ministère des Affaires religieuses et des Waqfs, « continue à suivre l’évolution de la situation de nos hadji aux Lieux Saints, en liaison avec le consulat général d’Algérie à Djeddah qui assure la coordination avec l’ensemble des composantes de la baâtha ».

Il est à rappeler que le dernier bilan du ministère des Affaires étrangères a fait état de 11 décès formellement identifiés et sept blessés parmi les hadjis algériens. Des dizaines de familles sont aujourd’hui encore sans nouvelles de leurs proches partis à La Mecque pour accomplir le rite du hadj et prient Dieu de pouvoir les retrouver sains et saufs.

Nourhane S.

Notez cet article