Le plus grand bidonville de la capitale, Erremli, sis à Gue de Constantine fait désormais partie du passé. Les 4.487 familles qui y logeaient ont toutes été évacuées vers leurs nouveaux logements. La dernière opération, qui consistait à faire partir les derniers habitants a commencé à la fin de la semaine passée et s’est achevée hier.

C’est ce qu’a affirmé, aujourd’hui, le coordinateur  de la cellule de la wilaya d’Alger de contrôle et de suivi des opérations de recasement des familles issues des sites précaires, Mohamed Smail. Quelques familles, qui sont toujours sur place, protestent contre le fait d’avoir, selon elles, étaient exclues de cette opération. «Il y a vingt familles déclarées éligibles au recasement que nous n’avons pas trouvé sur le site lors de l’opération d’évacuation. Elles ne se sont pas  présentées pour le déménagement», a déclaré ce même responsable qui a affirmé également que des enquêtes sont ouvertes pour les identifier et régler ce problème.

Mais le plus grand problème pour la wilaya d’Alger est le risque de réoccupation des habitations de ce bidonville par d’autres familles. Ceci sachant que le site en question est destiné à l’aménagement de l’Oued El Harrach et du viaduc de Oued Ouchayah. Des projets qui, justement, ont connu énormément de retard à cause de ce bidonville. A cet effet, la wilaya d’Alger envisage de laisser sur place des forces de l’ordre pour sécuriser les lieux et empêcher toutes autres personnes de s’y installer, jusqu’à ce que les entreprises ayant en charge ces projets élisent domicile.

Elyas Nour