L’inspection du travail (IT), relevant du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, a établi, durant les huit premiers mois de l’année, 43 045 procès-verbaux d’infraction relatifs au non respect de la législation du travail.

C’est le premier responsable du secteur, Mohamed El Ghazi, qui l’a déclaré, aujourd’hui, faisant remarquer que l’inspection avait effectué 142.069 visites de contrôle, qui se sont conclues par l’établissement de 146.355 actes. Ceci signifie que sur l’ensemble des visites, il y a eu constatation de près de 30% d’infraction. Un taux extrêmement élevé qui renvoie aux conditions de travail dans lesquelles évoluent de nombreux d’algériens. «La situation financière que traverse notre pays, nous impose plus d’efforts et beaucoup de sagesse afin de redresser et de renforcer notre appareil économique. Ces efforts n’apporteront les résultats escomptés qu’à condition que toutes les situations que pourrait connaître le monde du travail soient abordées avec l’esprit du dialogue et de la concertation», a déclaré le ministre.

Il faut rappeler que, dans le cadre de la mise en application des nouvelles dispositions de la Loi de finances complémentaire 2015, la CNAS (Caisse nationale de l’assurance sociale) avait accordé aux entreprises un délai, qui a expiré le 22 septembre dernier, pour régulariser leur situation, en procédant à la déclaration de leurs employés, afin de bénéficier de l’abandon des poursuites et des sanctions financières. Passer ce délai, les chefs d’entreprises mis en cause encourent une amande de 200.000 DA par travailleur non affilié et une peine d’emprisonnement de deux à six mois.

Elyas Nour