Pour tenter de remporter un maximum de sièges lors du renouvellement du Sénat, Amar Saadani multiplie les sorties sur le terrain. Ce samedi, il a rencontré, à Annaba, les élus de son parti. Et comme seules recommandations, il leur a demandé de ne voter que pour les candidats de leur parti.

«Les élus FLN qui voterons au profit des autres partis en course pour le renouvellement partiel des membres du Conseil de la Nation sont considérés comme des harkis au FLN, car ils auront trahi les principes de Novembre 1954. Je ne pardonnerai jamais leur trahison», indique le secrétaire général du FLN.

A l’adresse de ceux qui accusent le FLN d’employer les pots de vin pour acheter des voix d’élus, le secrétaire général du FLN veut prouver le contraire. «Je peux vous garantir que les pratiques de la chkara pour élire tel ou tel élu au poste de sénateur sont révolues au FLN. Cela relève de pratiques anciennes. Tout le monde peut postuler aux primaires prévues dans quelques jours. Ceux qui auront la chance de gagner, nous les soutiendrons sans condition. Pour garantir cette transparence, une équipe sera à Annaba la semaine prochaine pour encadrer les primaires», a-t-il indiqué.

Pourtant, le FLN est le parti qui est le plus connu pour ce genre de pratiques. Mais Saadani veut « changer » cette image et compte « corriger les dysfonctionnements et à mettre fin aux  pratiques nuisant à la force et à la crédibilité du FLN qui constitue la locomotive politique du pays ». Pour lui, de telles pratiques ne «peuvent produire que de la médiocrité».

Pour une fois, Amar Saadani ne s’est attaqué qu’aux militants de son parti.

Essaïd Wakli

Notez cet article